CRÂNE (création en cours)

Création collective

Écriture et mise en scène : Léonard Stefanica

Jeu : Caroline Baguet

         Léo Bianchi

         Lucile Bouchet

         Juliette Donner

         Stéphane Rotenberg

Synopsis

Paris, 2022. Malgré les tensions sociales et les violentes manifestations actuelle, l’émission de l’enfant terrible du PAF « Gabriel déborde ! » aura bien lieu. Entouré de Kenzo, l’homme blague, et Mélanie, spécialiste culturelle et « touche féminine », Gabriel accueille ce soir-là, Lola, la star montante de la pop française. L’ambiance est sur-vitaminé, clash, fou rire. L’émission bat des records d’audience quand Gabriel reçoit à l’antenne l’appel d’un adolescent. Celui-ci se nomme Crâne et a un message urgent à faire passer...

 

Crâne est un spectacle de théâtre musical.

 

Crâne est le grain de sable dans la machine.

 

Crâne est une épopée pour 5 comédiens.

DSC08841.JPG
106738603_375018543471285_84556456771182

© Zoë Dumontet

Capture d’écran 2020-09-14 à 18.22.51.pn

© Zoë Dumontet

À propos du spectacle

Crâne est une invention sur mesure de Léonard Stefanica, dans laquelle il appelle les cinq autres artistes de Fièvre à se retrouver, se reconnaître et s'approprier le processus de création. Léonard propose, insuffle, fait le lien, ouvre la voie. Les autres pour l'instant sont des corps sensible à modeler, êtres en effervescence, douteurs en transe, couche à creuser, matière. Le but étant de s'approprier intimement cet objet en cours de création, et d'en être les comédiens responsables. Dans le travail, nous cherchons à capter la trace physique que nous procure notre inconscient. Laisser le corps parler quand il s'agit de détruire, espérer, mimer, résister, gagner, être connecté avec son fort intérieur qui lui parle. Nous recherchons l'organique et le viscéral, enfin l'épuisement et l'épanouissement. Crâne est un spectacle sur la transformation. Nous changeons, grandissons, régressons, progressons...Nous inventons l'avenir parce que, déprogrammés, nous désobéissons. Sorte de rêve éveillé, dans un univers urgent, les personnages existent dans leurs unité, minuscules solitudes ils ont le monde sur les épaules. Ce qui s'est effondré, ce qu'il y a encore à détruire. Ils cherchent en quoi croire. Au cœur du débat qui questionne la discipline théâtrale et l'aspect performatif, Fièvre tient surtout à populariser un théâtre expérimental. Un théâtre qui modifie notre perception psychologique de la réalité et des images.

Télécharger le dossier du spectacle

« ...Les vieilles centrales commencent à péter et on a des trucs bizarre dans le sang. Ceux qui avait pris de l’avance et s’étaient barrés à la campagne ont bien les boules car ils sont exactement dans la même situations que nous. C'est encore plus triste car ils voient les arbres crever et des cadavres d’oiseaux partout. Faut sauver les petits oiseaux. Et le plancton pour les petits poissons... Y a encore deux salles de spectacles qui tiennent la route où on peut regarder des ex intermittents pas trop bidons... Ca gratte quand même sérieusement le bout de la glotte... Les manifs sont interdites, montrer son cul c’est interdit et ils ont censuré le concert de Crâne...salopards... censurer un vrai groupe de musique pour qu’on soit obligé d’écouter leur merde édulcorée.. Crâne, quelle musique étrange... La première fois que je l’ai écouté, je me suis sentie vraiment bizarre. J’avais chaud partout, je chavirais. Violence, violence monte en moi ! Une ode à l’insurrection, à l’attentat, au kidnapping... Buter les cons et recommencer sans eux sans rien d’éclairer. Le son qui rend lucide Alors on s’est organisé et on va y aller à ce putain de concert, leur montrer qu’on existe, rejoindre les autres. Et si faut y laisser des plumes on laissera notre peau... Go »

© Zoë Dumontet